Version mobile

CFE-CGC Air France
J'adhère à la CFE-CGC Air France

PERFORM 2020 : Début des négociations

Après quatre séances de travail avec la Direction générale d'Air France, prémices des grandes négociations à venir, 3 syndicats représentatifs des personnels au sol dont la CFE-CGC* ont obtenu et acté par un relevé de discussion, trois engagements de la Direction et ceci avant toutes discussions sur le futur projet PERFORM 2020 :

PERFORM 2020 : Début des négociations
PERFORM 2020 : Début des négociations

- L'entreprise s'engage à garantir l'emploi durant la durée des négociations sur le projet PERFORM 2020 jusqu'au 31 décembre 2015.
- La garantie de rémunération est assurée durant la même période avec le maintien du principe de PPARS (Prime Provisoire d'Accompagnement de la Réduction de Sujétion)
- Aucune mutation « forcée » en dehors d'un même bassin d'emploi durant cette période.

La CFE-CGC* se félicite de cette première avancée qui permettra de commencer à débattre des grands sujets du projet PERFORM 2020 dans la sérénité.
Pour rappel, nous n'avons jamais dérogé à notre obsession depuis 2008 :

« La garantie d'emploi et de rémunération des personnels d'Air France dans le respect de la transparence et de l'équité. »

Evidemment, certains mauvais esprits pourront vous dire que jamais Air France n'a licencié pour des raisons économiques. Cependant les finances de notre entreprise sont dans un tel état aujourd'hui, qu'il nous semble plus prudent de prévoir toute dégradation supplémentaire de la situation économique. Mieux vaut prévenir que guérir...

C'est avec ce même esprit de responsabilité que la CFE-CGC* et 2 autres syndicats représentatifs s'étaient engagés par leur signature de l'accord TRANSFORM 2015 pour que l'essentiel soit sauvé.
Le résultat a été la réussite du traitement dans l'urgence de la situation grave de l'entreprise, sans départs contraints tout en conservant l'intégralité de nos activités.

Sans cet engagement, aujourd'hui, nous ne serions certainement pas tous présents dans notre entreprise pour continuer à parler de notre avenir.
Que de drames humains ainsi évités ! Nous sommes fiers d'avoir contribué par notre action au sauvetage de l'entreprise Air France !

Aujourd'hui, il est nécessaire d'avancer et de passer à une phase de consolidation. Cela devra être l'objectif réel de ce nouveau projet PERFORM 2020 proposé par la Direction et qui reste à négocier.
En préalable à toute discussion, la CFE-CGC* réaffirme qu'Air France doit rester « une et indivisible » pour tous ses personnels.

D'autre part, La CFE-CGC* est consciente que les efforts à faire pour retrouver notre compétitivité ne peuvent pas être identiques pour toutes les activités de l'entreprise. Nous veillerons par nos actions au respect de l'équité et de la transparence dans la répartition des efforts encore nécessaires au retour de la stabilité économique d'Air France. Cette «équité » et non « égalité » doit conduire la Direction à prendre en compte les efforts déjà consentis par de nombreuses entités mises à forte contribution en terme de réduction d'effectifs et d'augmentation de productivité. Dans le même esprit, la CFE-CGC* garde et gardera la Qualité de Vie au Travail comme fil conducteur au coeur de chaque négociation avec la Direction.

Le respect de ce « cahier des charges sociales » doit permettre à chaque salarié d'Air France de travailler efficacement au succès de l'entreprise dans la sérénité liée à la garantie de son emploi et de sa rémunération.
Un des axes proposé par la Direction d'Air France, et que la CFE-CGC* juge intéressant, dans la réalisation du futur projet PERFORM 2020 est d'associer les salariés par leur réflexion à l'optimisation de leur propre activité, méthode dite « Bottom-up ».
Souhaitons qu'ainsi les salariés puissent s'approprier une réorganisation fondée sur leur expérience terrain et non imposée de manière unilatérale par une hiérarchie parfois déconnectée de la réalité du terrain.
PERFORM 2020 sera peut-être la dernière chance que nous ayons pour sauver durablement notre entreprise. La CFE-CGC* s'engagera au côté des personnels d'Air France pour la réalisation de cet objectif.
Nous ne pouvons concevoir un syndicalisme de façade mettant en jeu nos emplois pour des raisons de politique politicienne.
Cette entreprise est notre « compagnie ». Nous l'aimons et nous souhaitons que chacun d'entre nous puisse continuer à y travailler pour conserver son statut et son niveau de vie. Le syndicalisme doit être au service des salariés et non pas, au service de causes exogènes qui ne sauraient dire leur nom...

Pour la CFE-CGC,
Ronald NOIROT

Accéder au tract

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.